Un peu d’histoire

La question peut paraître surprenante dans un territoire où toute la vie est réglée par le cycle solaire. Or, changer d’heure a animé le débat public à de multiples reprises tout au long de l’histoire de la Nouvelle-Calédonie.

La première expérimentation du genre est en effet tentée dès 1912 !

Plus près de nous, des essais de changements d’heure ont été menés en 1977, 1979, 1996 et 1997. Mais ces changements, décidés de manière autoritaire par le pouvoir politique, provoqueront de véritables levées de boucliers et ne seront donc pas poursuivis. Cependant, contrairement à des idées reçues, les Calédoniens ne sont pas fondamentalement opposés à l’idée de changer l’heure, comme en témoigne une pétition citoyenne lancée en 2009 par le collectif « Une heure de clarté en plus » qui recueillera 5 000 signatures. Les politiques de l’époque ne donneront pas de suite à cette initiative populaire et la question du changement d’heure sera alors considérée comme close jusqu’à ce que la présidente de la province Sud, Sonia Backes, prenne l’initiative en décembre 2019 de replacer le débat sur la place publique.

Ce scrutin est terminé (le quota de votes a été dépassé).

Votre avis nous intéresse !

POUR
59.85%
CONTRE
40.15%

Une pratique mondiale

De très nombreux pays dans le monde ont opté pour un principe d’heure d’été et d’heure d’hiver. 76 pays, notamment l’Europe et les États-Unis qui appliquent ainsi ce principe, mais c’est aussi le cas en Océanie. Fidji et la Nouvelle-Zélande procèdent à un changement d’heure, quant à l’Australie celui-ci est effectif dans le New South Wales, la Tasmanie, le Victoria et l’état de South Australia.

La particularité calédonienne

Le projet de modification de l’heure porté par la province Sud ne consiste pas à instaurer une heure d’été et une heure d’hiver, mais de modifier le fuseau horaire mis en œuvre en Nouvelle-Calédonie. En clair : avancer toutes les montres et horloges d’une heure pour faire gagner une heure d’ensoleillement supplémentaire.

Pourquoi ce changement ?

Les avantages d’un changement d’heure

Par habitude ou par tradition, en Nouvelle-Calédonie, on se lève et on se couche avec le soleil. Par sa position géographique, la Nouvelle-Calédonie est en effet située dans cette zone de la planète où la période du jour, dite du crépuscule, est extrêmement rapide. Selon la saison, fraîche ou chaude, le soleil se couche entre 18 h et 19 h.

Ce rythme de vie, s’il peut paraître en phase avec le rythme du soleil, a des impacts sur le quotidien des Calédoniens en termes de vie économique et sociale. Dans ce cadre, changer d’heure de façon définitive, c’est-à-dire « gagner une heure de jour », pourrait avoir des répercussions :

  • Sur la lutte contre la délinquance et la sécurité, une part importante des délits constatés ayant lieu en début de soirée. Le sentiment d’insécurité des personnes les plus vulnérables diminuant avec l’ensoleillement.
  • Sur la sécurité routière, en augmentant la durée de conduite de jour, jugée plus sûre (selon le bilan de la sécurité routière réalisé par la DITTT, la part la plus importante des accidents mortels a lieu entre 17h et 23h les soirs de week-end)
  • Sur la consommation d’énergie mais aussi sur la possibilité d’accroître la production et le stockage d’énergie solaire.
  • Sur le soutien à l’activité économique et à la consommation.
  • Sur l’amélioration de la qualité de vie en favorisant les activités en extérieur notamment le sport, les loisirs et les activités culturelles. Les Calédoniens bénéficieraient ainsi d’un meilleur rapport entre vie professionnelle et vie privée puisqu’ils pourraient profiter de cette heure de jour supplémentaire pour leurs loisirs
  • Sur le soutien au secteur du tourisme, de l’hôtellerie et de la restauration, les touristes pouvant profiter plus longtemps des activités « de jour » offertes sur le territoire.

Économiser l’énergie fossile

L’un des principaux objectifs du changement d’heure est de permettre à la Nouvelle-Calédonie de réaliser des économies d’énergie fossile substantielles.

En effet, l’énergie produite par nos centrales photovoltaïques pourra être utilisé de manière plus juste par une production mieux adaptée à nos modes de consommation.

A noter que la consommation de la distribution publique sera alimentée à 100% par des énergies renouvelables à horizon 2023.

Une réforme « gratuite » !

Enfin, cette mesure ne couterait pas un sou ni aux contribuables, ni aux entreprises ni aux collectivités publiques.

Un vœu de la province Sud

Le 19 décembre dernier, les élus de la province Sud se sont majoritairement prononcés pour l’adoption d’un vœu proposé par la présidente de l’assemblée, Sonia Backes.
Celui-ci suggère de déplacer le fuseau horaire calédonien de manière définitive (de UTC + 11 à UTC + 12) et ainsi d’avancer nos montres d’une heure.
Soumis au gouvernement, celui-ci demande, après les discussions d’usage au sein de l’exécutif collégial, de proposer aux élus du Congrès le vote d’une délibération qui modifiera le fuseau horaire de la Nouvelle-Calédonie.

La volonté de la présidente de la province Sud est avant tout d’associer les Calédoniens à la décision en « engageant une concertation sur les conséquences d’une telle mesure, afin d’informer les citoyens sur ses retombées. »

Une grande concertation

Changer d’heure est une réforme sociétale de grande ampleur à laquelle les Calédoniens doivent être associés, c’est la volonté de la province Sud. Changer d’heure, qu’en pensez-vous ? Quels sont vos avis et vos commentaires ? Vos réflexions et vos attentes ? Changer d’heure, vous avez la parole. Ce site vous permet de prendre position et de participer de manière citoyenne à ce grand débat.

Vos avis